TUEs – originally called Medical Exemptions – have existed since the early 1990s. The International Olympic Committee’s (IOC’s) medical commission recognized that some athletes had illnesses or medical conditions requiring the use of medications that were prohibited in sport. As the List of Prohibited Substances and Methods (List) – managed by WADA since 2004 – evolved over the years, it began to include many commonly used medications. Clear guidelines were therefore required to ensure that athletes could continue to receive the medical care they needed, without compromising their sporting careers.

As a response, WADA, which was created in 1999, drafted the International Standard for Therapeutic Use Exemptions (ISTUE) to ensure harmonized and robust rules were in place. The ISTUE was first adopted in 2004 and came into effect on 1 January 2005. It has been revised several times since then, with the most recent version entering into effect in January 2021.

TUEs in practice
TUEs are special exemptions that are only granted by Anti-Doping Organizations (ADOs) – International Federations (IFs), National Anti-Doping Organizations (NADOs) and Major Event Organizers (MEOs) – following a robust review process as defined by the ISTUE, and evaluation by three physicians specialized in sports medicine and/or other relevant specialties. In order to further protect the integrity of the program, granted TUEs are subject to further screening and evaluation by the relevant ADOs and experts from WADA’s Science and Medicine Department.
WADA’s Chief Medical Officer, Dr. Alan Vernec, said: “TUEs have been deemed overwhelmingly necessary by athletes, physicians and all anti-doping stakeholders. The notion of precluding athletes that suffer from illnesses and conditions such as diabetes, asthma, inflammatory bowel disease, rheumatological conditions, etc. from sport cannot be given serious consideration. It would undermine a fundamental value of sport that is the right of access and participation to sport and play, which has long been recognized by numerous international conventions.”

All athletes that compete in sport at the international level (as defined by each IF) or the national level (as defined by each NADO) can apply for a TUE.The criteria for granting a TUE are as follows:
The athlete needs to treat a diagnosed medical condition with a substance or method that is on the Prohibited List;  The therapeutic use of the substance or method would not produce any additional enhancement of performance beyond a return to the athlete’s normal state of health;The substance or method is an indicated treatment for the medical condition, and there is no reasonable permitted therapeutic alternative; andThe need to use the substance or method is not due to the prior use of a substance or method (without a TUE), which was prohibited at the time of such use.For the TUE to be granted, all four criteria must be met.
In order to ensure the harmonization of the TUE process worldwide, all ADOs are required to have a clear process in place whereby athletes with documented illnesses or medical conditions can request a TUE and have it evaluated by a panel of independent physicians called a Therapeutic Use Exemption Committee (TUEC). ADOs must publish details of that process by posting the information in a prominent place on their website. ADOs, through their TUECs, are then responsible for granting or declining the TUE request.
WADA has the mandate to monitor and review any TUE granted by an ADO. In some cases, a WADA TUEC may be convened to review and may reverse or uphold any decision. WADA may also accept a request from an athlete to review a TUE that was denied by their ADO. WADA itself, however, does not accept direct TUE applications from athletes. 
Yoko Dozono, Medical Consultant, WADA Science and Medicine said: “Our role is to monitor TUEs that are granted by an ADO and look at them from a medical perspective, ensuring that they are compliant with the ISTUE. We work closely with clinical specialists to help develop guidelines and other tools to assist athletes and their doctors in understanding the use of medications or methods in sport and when it is necessary to seek a TUE.

“Along with the ISTUE, a whole series of accompanying guidelines have been developed by WADA, our TUE Expert Advisory Group and international specialists. These include physician guidelines and checklists for the most commonly seen illnesses and medical conditions in our athlete populations.”
Ensuring the integrity of TUEs
 
There are a number of safeguards in place to ensure the integrity of the TUE program and to protect those athletes with illnesses and medical conditions. In fact, the majority of athletes needing TUEs often remain at a disadvantage because of their illness or condition despite the ability to use medications.
“We continue to monitor not just individual TUEs but the process as a whole to ensure that it is fair and not being abused”, said David Healy, Manager, WADA Science and Medicine. “We performed an in-depth review of TUEs at the highest level of sport by analyzing individual events at the Olympic Games from 2010-2018. Results showed the number of athletes competing with valid TUEs at the Games was less than 1%, which is similar to the number of medal winners with TUEs. Importantly, statistical analysis suggests that there is no meaningful association between having a TUE and winning a medal.”
While it is true that the TUE program has a robust process, offers clear guidelines and standards, and benefits from ongoing monitoring, the key to ensuring its effective implementation by ADOs around the world is education – for athletes and their support personnel, as well as individuals within the ADOs themselves.
Katia Alloun, Medical Consultant, WADA Science and Medicine, said: “I am working with colleagues within WADA, as well as global experts, to improve the capacity and capabilities of ADOs in order to deliver harmonized and high-quality TUE programs that ensure fairness for all athletes around the world. In collaboration with WADA’s Education Department, we have developed a wide range of resources related to TUEs that athletes and ADOs can consult and use as part of their various anti-doping education programs.”

These resources can be accessed via the WADA website or WADA Anti-Doping Education and Learning platform (ADEL) and include:
The ISTUE and associated guidelines for implementation;TUE Physician Guidelines;TUE Checklists;Code Implementation Support Program on ADEL – ISTUE section; andVarious e-learning courses and resources for athletes and medical professionals on ADEL.For more information on the TUE program, or to access any of the resources mentioned above, please visit the TUE section of WADA’s website.
– ENDS –
Historique

Les AUT, qu’on appelait au départ « exemptions médicales », existent depuis le début des années 1990.
La Commission médicale du Comité international olympique (CIO) a reconnu que certains sportifs souffraient de maladies ou de problèmes de santé nécessitant l’utilisation de médicaments interdits dans le sport. La Liste des substances et méthodes interdites (la Liste) – gérée par l’AMA depuis 2004 – a évolué au fil des ans pour inclure de nombreux médicaments courants. Des lignes directrices claires étaient donc nécessaires pour garantir que les sportifs puissent continuer à bénéficier des soins médicaux dont ils ont besoin, sans compromettre leur carrière sportive.

En conséquence, l’AMA, qui a été créée en 1999, a rédigé le Standard international pour les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (SIAUT) pour garantir la mise en place de règles harmonisées et solides. Le SIAUT a été initialement adopté en 2004 et est entré en vigueur le 1er janvier 2005. Il a été révisé à plusieurs reprises depuis, et la dernière version est entrée en vigueur en janvier 2021.

Les AUT en pratique
Les AUT sont des exemptions spéciales qui ne sont accordées que par des organisations antidopage – fédérations internationales (FI), organisations nationales antidopage (ONAD) et  organisations responsables de grandes manifestations, à l’issue d’un processus d’examen rigoureux défini dans le SIAUT, ainsi que d’une évaluation par trois médecins spécialisés en médecine du sport ou qui ont une autre spécialité pertinente. Afin de protéger l’intégrité du programme, les AUT accordées sont assujetties à un contrôle et à une évaluation supplémentaires par les autres organisations antidopage concernées et les experts du département Science et médecine de l’AMA.
« Les AUT ont été jugées nécessaires par la très grande majorité des sportifs, des médecins et des acteurs du mouvement antidopage, observe le chef de la direction médicale de l’AMA, le Dr Alan Vernec. On ne peut envisager sérieusement l’idée d’empêcher de concourir des sportifs qui souffrent d’une maladie ou d’un problème de santé comme le diabète, l’asthme, la maladie inflammatoire chronique de l’intestin ou des troubles rhumatologiques, par exemple. Cela irait à l’encontre du droit d’accès et de participation au sport, qui est une valeur fondamentale du sport et qui est reconnu de longue date par de nombreuses conventions internationales. »

Tout sportif concourant dans un sport au niveau international (selon la définition de chaque FI) ou au niveau national (selon la définition de chaque ONAD) peut faire une demande d’AUT.Les critères pour accorder une AUT sont les suivants :
Le sportif doit traiter un problème médical diagnostiqué à l’aide d’une substance ou d’une méthode figurant sur la Liste des interdictions.L’usage thérapeutique de la substance ou de la méthode ne devrait produire aucune amélioration significative de la performance au-delà du retour du sportif à un état de santé normal.La substance ou la méthode est un traitement indiqué du problème de santé, et il n’existe pas d’alternative thérapeutique autorisée et raisonnable.La nécessité d’utiliser cette substance ou cette méthode ne découle pas d’une utilisation antérieure de la substance ou de la méthode (sans AUT) qui était interdite à ce moment-là.Pour qu’une AUT soit accordée, ces quatre critères doivent être remplis. 
Afin d’assurer l’harmonisation du processus d’AUT dans le monde, toutes les organisations antidopage sont tenues de disposer d’un processus clair en vertu duquel les sportifs ayant une maladie ou un problème de santé documenté peuvent faire une demande d’AUT et la faire évaluer par un panel de médecins indépendants appelé « comité d’autorisation d’usage à des fins thérapeutiques (CAUT) ». Les organisations antidopage doivent publier les détails de ce processus sur leur site Web. Par l’entremise de leur CAUT, il leur appartient ensuite d’accorder ou de rejeter la demande d’AUT.
L’AMA a le mandat de superviser et de revoir toute AUT accordée par une organisation antidopage. Dans certains cas, un CAUT de l’AMA peut être convoqué pour un examen et peut renverser ou confirmer une décision en matière d’AUT. L’AMA peut également accepter la demande d’un sportif d’examiner une AUT qui lui a été refusée par son organisation antidopage. Cependant, l’AMA ne traite pas elle-même de demandes directes d’AUT de la part de sportifs.
« Notre rôle est de superviser les AUT qui sont accordées par les organisations antidopage et de les examiner d’un point de vue médical, en nous assurant qu’elles soient conformes au Standard international, explique Yoko Dozono, consultante médicale, Science et médecine de l’AMA. Nous travaillons en étroite collaboration avec des spécialistes cliniques pour élaborer des lignes directrices et d’autres outils destinés à aider les sportifs et leurs médecins à comprendre l’utilisation de médicaments et des méthode dans le sport et à savoir quand il est nécessaire de faire une demande d’AUT. »
« En plus du Standard international, l’AMA, en collaboration avec son groupe consultatif d’experts sur les AUT et des experts internationaux a, développé une série de lignes directrices complémentaires. Il s’agit notamment de directives à l’intention des médecins et de listes de contrôle concernant les maladies et les problèmes de santé les plus courants au sein des populations de sportifs. »

Assurer l’intégrité des AUT

Un certain nombre de mesures de protection ont été mises en place pour préserver l’intégrité du programme d’AUT et protéger les sportifs souffrant de maladies et de problèmes de santé. La majorité des sportifs qui ont besoin d’une AUT restent désavantagés du fait de leur maladie ou problème de santé, et ce, malgré l’autorisation d’utiliser un ou des médicaments.
« Nous continuons de superviser non seulement chaque AUT, mais aussi le processus dans son ensemble pour nous assurer qu’il soit juste et qu’il ne fasse pas l’objet d’abus, note David Healy, responsable Science et médecine de l’AMA. Nous avons effectué un examen détaillé des AUT dans le sport de haut niveau en analysant les compétitions individuelles des Jeux olympiques de 2010 à 2018. Les données montrent que la proportion de sportifs ayant une AUT valide aux Jeux olympiques était inférieure à 1 %, ce qui est comparable au nombre de médaillés ayant une AUT. Il est important de noter que l’analyse statistique suggère qu’il n’y a aucun lien significatif entre le fait d’avoir une AUT et de gagner une médaille. »
Même si le programme d’AUT dispose effectivement d’un processus solide, offre des lignes directrices et des normes claires et bénéficie d’une supervision continue, la clé pour assurer sa mise en œuvre efficace par les OAD dans le monde reste l’éducation – pour les sportifs et leur personnel d’encadrement, ainsi que pour les personnes au sein des organisations antidopage elles-mêmes.
« Je travaille avec des collègues de l’AMA, ainsi qu’avec des experts internationaux, pour renforcer les capacités des organisations antidopage et leur permettre d’offrir des programmes d’AUT harmonisés et de qualité, qui visent à assurer l’équité pour tous les sportifs, remarque Katia Alloun, consultante médicale, Science et médecine de l’AMA. En collaboration avec le département Éducation de l’AMA, nous avons conçu un large éventail de ressources liées aux AUT que les sportifs et les organisations peuvent consulter et utiliser dans le cadre de leurs divers programmes d’éducation antidopage. »

Ces ressources sont accessibles sur le site Web de l’AMA ou sur la Plateforme d’éducation et d’apprentissage antidopage (ADEL) de l’AMA. Elles comprennent notamment les documents suivants :
Standard international pour les AUT et lignes directrices associées pour la mise en œuvre du Standard;Lignes directrices sur les AUT à l’intention des médecins;Listes de contrôle en matière d’AUT;Programme de soutien aux signataires pour la mise en œuvre du Code sur ADEL – section Standard international pour les AUT;Plusieurs cours et ressources en ligne pour les sportifs et les professionnels de la santé sur ADEL.Pour plus d’informations sur le programme d’AUT, ou pour accéder à l’une des ressources mentionnées ci-dessus, veuillez consulter la section sur les AUT du site Web de l’AMA.
– FIN –